RDC : Lukula, autrefois la zone agricole la plus industrialisée de l’Afrique centrale se meurt

Le territoire de Lukula, dans la province du Kongo central, a perdu son identité de la zone agricole la plus réputée de l’Afrique centrale et grenier de la capitale de la RDC, Kinshasa. Avec jadis plus de 25 entreprises agricoles implantées, Lukula se meurt avec son grand potentiel, la forêt de Mayombe.

Sur place, le constat est amer. Lukula est méconnaissable, les exploits d’hier semblent devenir des lettres d’une histoire morte avec ces imposants bâtiments et matériels que l’on pouvait retaper pour le bien du pays.  

Interviewé par votre média, ya-biso.net, Hugues Mantuba, un ancien opérateur économique et résident à Lukula, rappelle que la chute de cette zone agricole remonte des années de la zaïrianisation après le départ des investisseurs étrangers, suisses et suédois.

« La zaïrianisation a tout gâché parce que les blancs qui géraient toutes ces entreprises sont partis. Il y a à ce jour à Lukula beaucoup de plantations privées abandonnées qui se transforment en forêt. Il n’y a pas eu de programmes après pour pérenniser ces investissements », raconte cet ancien opérateur économique.

Par conséquent, malgré l’effort de la main d’œuvre locale, Lukula a du mal à se relever par manque d’investissements et de moyens d’évacuation des produits agricoles notamment le café, les bananes et le cacao à la suite de plusieurs taxes. Pas de tracteurs, tout se fait à la main.

« Nous n’avons pas de partenaires. L’Etat congolais ne soutient pas les opérateurs agricoles, il n’y a pas de banques qui accordent des crédits aux opérateurs agricoles parce qu’à l’époque ces opérateurs avaient droit d’accès aux crédits agricoles. C’est aussi l’une des causes de la chute de Lukula. Si seulement l’Etat pouvait par exemple exonérer certains secteurs, notamment le café et le cacao, les producteurs de Lukula pourraient bien se retrouver », propose-t-il qui indique les producteurs se tournent plus vers le Congo-Brazzaville et l’Angola pour évacuer leurs produits, un exercice très pénible surtout pendant le confinement.

Il faut signaler que depuis l’abandon de la zone agricole de Lukula, la RDC, notamment la Marsavco, importe de l’huile de palme que le pays exportait jadis. Chaque année le pays dépense plus de 2 milliards USD pour l’importation des denrées alimentaires.

Les habitants de Lukula appellent par ailleurs le ministre de l’Agriculture à organiser une tournée dans les zones agricoles pour palper des doigts la situation sur terrain.

 

Commentaires (1)

  • Charles MUZADI

    Et le port de Boma a été construit pour evacuer via les exportations les produits agricoles de mayumbe dont lukula et tshela. Aujourdhui ce port ne sert qu'à l'importation car lukula est à genou. Bravo à Yabiso net pour ce travail bien abattu. Vous avez mon soutien surtout pour la zone boma et bas fleuve au kongo central, nous y avons passé 12 ans.

    • September, 26 2020

Laissez un commentaire

Aujourd'hui Hier Cette semaine Ce mois Total visiteurs En ligne
23 99 122 725 26357 1