Nord-Kivu : la COODAP, une coopérative qui encadre les éleveurs et agriculteurs

Basée à Beni, dans la province du Nord-Kivu, depuis le 1er janvier dernier, la coopérative pour le développement agro-pastoral (COODAP), s'est donné pour mission la lutte contre l'insécurité alimentaire et la malnutrition à travers l'encadrement des agriculteurs et éleveurs.

Dans une interview accordée à ya-biso.net le vendredi 14 août 2020, Katembo Mutume Yves, président du Conseil d'administration de cette coopérative a lancé un cri d'alarme aux autorités compétentes pour leur venir en aide.

Ya-biso : quels sont vos principaux membres ?

Yves Katembo : les principaux membres de la COODAP sont les éleveurs et les agriculteurs.

YB : quelles sont les actions que vous menez sur le terrain ?

YK : les actions que nous menons sur terrain sont : 

1. L'organisation des séminaires de formations en faveur des éleveurs et agriculteurs pour leur permettre d'améliorer leurs conditions de travail en vue d'une production quantitative et qualitative ;

2. La coopérative elle-même dispose des plantations dans lesquelles elle pratique plusieurs cultures dont la culture des maïs et maraîchère pour permettre aux agriculteurs de venir se ressourcer, donc la formation pratique ;

3. Dans le cadre de l'élevage, la coopérative encadre les éleveurs et les initie à l'auto-prise en charge par l'élevage de petits bétails surtout les volailles. Nous les apprenons comment encadrer et faire le suivi de leurs bêtes, mais aussi les aidons à écouler leurs productions pour qu'ils en tirent un bénéfice ;

4. Nous sensibilisons la population congolaise de bien vouloir consommer les produits locaux, car ils contiennent tous les éléments nutritifs, car n'ayant pas subi une quelconque transformation. Nous faisons la sensibilisation à travers des radios et dans des conférences avec débats. 

YB : quelles sont les difficultés que vous rencontrez ?

YK : nous rencontrons plusieurs difficultés telles que le manque de matériel, de moyens pour nous faire entendre à travers des radios ; difficulté de payer les salles pour organiser les conférences ; difficulté de trouver les semences et les bêtes qui devraient constituer le démarrage pour les éleveurs et agriculteurs débutants après avoir passé une formation ; difficulté d'enrichir notre formation pratique faute des modules et experts ; difficulté d'évacuer les produits vers les centres de consommation, etc.

YB : quelle est votre perspective d'avenir ?

YK : la COODAP compte élargir ses actions sur toute l'étendue de la République d'ici 2025. Nous comptons également pousser les Congolais à consommer les produits de leur pays et non considérer ceux de l'étranger comme meilleurs. Nous envisageons d'initier les jeunes à abandonner les anti-valeurs par la création des métiers à travers l'agro-pastorale.

Nous comptons en outre pratiquer une agriculture et un élevage moderne et industriel pour permettre à notre pays d'inverser le système actuel, c'est-à-dire sortir de l'importation des produits agro-pastoraux à l'exportation.

YB : quel est votre mot de la fin ?

YK : je vous remercie de nous avoir accordé cet espace pour nous exprimer librement, vous êtes la première personne et organisation qui s'intéresse à nous, merci. Je demande aux Congolais en général d'avoir confiance en nous et de nous soutenir pour que nos objectifs soient atteints. 


Commentaires (0)

Laissez un commentaire

Aujourd'hui Hier Cette semaine Ce mois Total visiteurs En ligne
31 30 153 1516 25577 1